Malaxeur guide

Quels critères prendre en compte pour l’achat d’un malaxeur

C’est vrai que pour tout achat, il est toujours utile de se référer sur des critères fiables. Par contre, ce n’est pas suffisant et c’est une grande erreur de se satisfaire sur le simple fait qu’une formule conjuguée de critère pourrait nous donner une estimation adéquate de l’appareil dont on veut acquérir. En conséquence, il est primordial de maîtriser tous les critères qui caractérisent le malaxeur, dont on vous donne comme suit : Le mode de fonctionnement, la qualité de fabrication, la capacité maximum de mélange, le poids, la puissance, la classification et le prix.

Le mode de fonctionnement concerne les variations imposées sur un appareil en marche pour qu’il puisse donner un maximum de rendement ou un minimum de perte. Le nombre et le mode de sélection de vitesse, et toutes les autres fonctionnalités sont pris en compte.

La qualité de fabrication est l’un des critères le plus important, car c’est de ce critère que dépend le mode d’utilisation qui doit impérativement se conformer sur le type de travaux à réaliser. Plus la qualité de fabrication coïncide avec les travaux à exécuter, plus aisée sera la réalisation, moins l’appareil et l’utilisateur ne seront fatigués. L’ergonomie est prise en compte, comme par la présence des poignées bi-matières, des plastiques biens finis et d’autres. De ce fait, elle a un impact direct sur la longévité de l’appareil.  

La capacité maximum de mélange est la quantité maximale de produit que le malaxeur peut malaxer ainsi que le nombre de tour effectué par minute. Plus la capacité maximum est grande, plus le rendement est élevé.

Le poids est proportionnel à la performance, plus l’appareil est lourd, plus il est performant. Eventuellement, il n’y a pas de formule tangible pour appliquer cette thèse, par contre, la statistique la prouve pleinement. Voyons un peu sa concrétisation avec le Bosch 1800 qui pèse 10 kilos et le Skil 1200 ne pesant que 3 kilos.

La puissance affiche sans détour la performance, plus l’appareil est performant, plus la puissance est élevée, et cela ne concerne que le moteur. Selon la puissance, quatre groupes de malaxeurs se distinguent :

  • La puissance inférieure à 800 watts, inclus les malaxeurs à faible performance. Les travaux qu’ils réalisent sont occasionnels et temporaires et ils sont inaptes pour l’exécution des grands travaux ;
  • La puissance entre 800 à 1200 watts comprend les malaxeurs professionnels en produits fluides et peu visqueux. Suite à la faiblesse du moteur, il est conseillé d’être toujours vigilant et ne jamais forcer le moteur ;
  • La puissance entre 1200 à 1800 watts, englobe les meilleurs malaxeurs. Aucun risque de surexploitation n’est à craindre du moteur, car il est capable de réalisation tous les travaux de malaxage, y compris même les bétons ;
  • La puissance au-dessus de 1800 watts concerne surtout les cuves, nommées bétonnière pour son application sur la construction.

La classification du malaxeur montre les différentes formes de malaxeur, qui sont classées en quatre types :

  • Les perceuses-malaxeurs sont des appareils mixtes, qui par simple substitution de mèche, il est tantôt perceuse et tantôt malaxeur selon le besoin. Parfaitement adapté aux petits travaux ;
  • Le malaxeur mono-hélice a une performance particulière et est apte à réaliser des travaux plus professionnels et plus âpres, comme le malaxage des produits à haute viscosité telles les substances résineuses et des fois même le béton ;
  • Le malaxeur double-hélice a une puissance équivalente au précédent mais à performance doublée, car le rendement se voit augmentée grâce à sa deuxième hélice, sans pour autant esquinter le moteur ;
  • Le malaxeur à cuve : généralement appelée bétonnière pour son application à la construction, est pourvue d’une cuve qui tourne sur elle-même. La cuve est munie d’ailettes dans son intérieur, qui ont pour rôle de mixer les produits. Elle peut être chargée manuellement ou par une autre cuve basculante incorporée à la bétonnière. Sa capacité peut aller de 50 à 200 litres, pour les modèles usuels, mais pour certains plus spécialisés, elle peut atteindre la contenance de 350 et même 500 litres ;
  • L’autobétonnière est une bétonnière fixe et immobile.
  • Le camion malaxeur est un camion muni d’une bétonnière exactement du même type que l’autobétonnière. Leur différence réside sur le fait que l’autobétonnière est fixe et que le camion malaxeur est apte à effectuer des déplacements même en pleine séance de malaxage.

Le prix reste le dernier critère décisif qui vous guidera sur votre choix, car ici le choix ne peut venir de votre cœur mais uniquement de la disponibilité de votre bourse.